La Chapelle en Vercors : musée de la résistance & la nécropole


Ca remonte un peu (même beaucoup) maintenant, mais le week-end du 15 août de l'année dernière, nous étions partis dans la Drôme avec K. et mon beau père. Nous avions dormi chez les meilleurs amis de mes beaux parents, à Valence.

Le jour de notre arrivée, il ne faisait pas très beau nous avions donc choisi de commencer notre week-end de trois jours par la visite des musées, dont le Musée de la Résistance ainsi que la Nécropole, tous deux situés à La Chapelle-en-Vercors.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, même si j’ai étudié cette période de l’Histoire pendant longtemps (même en long, en large et en travers) à l’école, je n’avais jamais visité de lieu comme celui-ci. Tout ce que je sais sur ces sombres périodes de notre Histoire, je l’ai appris à l’école et en visionnant des reportages, mais je n’avais jamais mis un orteil que ce soit dans un musée, une nécropole, un mémorial ou encore un camp.
  • LE MUSÉE DE LA RÉSISTANCE










.

  • LA NÉCROPOLE









Finalement, j’ai un peu de mal à trouver les bons mots. Beaucoup de choses ne m’ont pas choquée, mais profondément touchée. Je pense pouvoir le dire maintenant, on a beau lire tous les bouquins du monde sur cette période, visionner tous les reportages possibles, on ne réalise pas vraiment tant qu’on ne voit pas de ses propres yeux. Tant qu’on ne se retrouve pas devant des objets réels, ayant vraiment servis à ces personnes. Tant qu’on ne se retrouve pas devant tous ces tableaux, ces photos, ces témoignages et ces tombes. Ce qui nous a le plus choqués, K. et moi, c’est de voir les âges de tous ces hommes – et encore, il n’y avait pas 1/10ème de tous ceux qui sont morts à cette époque – et de se dire que pour la plupart, ils avaient notre âge. Et que beaucoup étaient même plus jeunes.

Pour ma part, j’ai été très touchée par les photos de ces jeunes – et moins jeunes – qui avaient l’air insouciants, qui souriaient. Certains étaient plus sérieux que d’autres mais tous ne s’attendaient certainement pas à ce qui allait se passer. C’est horrible de voir dans un journal les photos de garçons, le sourire aux lèvres avec les dates de leur mort inscrite juste à côté. J’ai également été très touchée par une lettre qui était encadrée dans la pièce. Une lettre qu’un soldat torturé avait écrite à sa mère. C’est à ce moment là qu’on réalise que si nous avions vécu à cette époque, on aurait pu écrire cette lettre nous même.

On a beau leur dédier musées, nécropoles et mémoriaux, je crois qu’on ne les remerciera jamais assez pour tout ce qu’ils ont fait pour nous, pour que nous puissions vivre et évoluer dans notre monde d'aujourd'hui.

Si un jour vous avez la chance de vous rendre dans un lieu comme celui-ci, je vous le conseille.
Je n'irai peut-être pas jusqu'à dire que ça vous change vraiment, mais en tout cas on en ressort reconnaissant et grandi.

À très vite,

:-*


Aucun commentaire

Merci pour vos petits mots ❤